Catégories
gestion

Immobilisation brute et immobilisation nette

Nous allons voir dans cette article ce qui différencie ces 2 notions et comment on les calcule.

Le principe de base.

immobilisation brute

Lorsqu’on parle d’ « immobilisations brutes » on fait référence à la valeur d’achat de l’immobilisation au moment où elle a été achetée.

– amortissements

Comme certaines immobilisations, avec le temps, perdent de la valeur du fait de leur utilisation, on prélève sur les résultats de l’entreprise, année après année, des « amortissements ».

(Voir ci-dessous le cas des provisions.)

= immobilisation nette

Ainsi on déduit des « immobilisations brutes » les amortissements annuels ou les éventuelles provisions pour arriver aux « immobilisations nettes ».

Exemple de calcul.

immobilisation brute

Prenons le cas d’une unité de production qui serait achetée pour:

100 000 €

et dont la durée de vie estimée serait estimée à 5 ans.

– amortissements

Comme on estime qu’au bout de 5 ans l’unité de production n’aura plus de valeur du fait d’avoir été utilisée pendant ces 5 années,

on va dire que chaque année elle a perdu un cinquième de sa valeur, soit:

100 000 € / 5 ans = 20 000 € par an.

Chaque année, on va faire une dotation aux amortissements de 20 000 pour cette unité de production.

= immobilisation nette.

A la fin de la 1ère année, la valeur nette de cette immobilisation sera de :

100 000 – 20 000 = 80 000 €

A la fin de la 2ème année, la valeur nette sera de :

100 000 – ( 2 x 20 000) = 60 000 €

A la fin de la 4ème année, la valeur nette sera de :

100 000 – ( 4 x 20 000) = 20 000 €.

Et à la fin de la 5éme année, la valeur nette sera nulle:

100 000 – ( 5 x 20 000) = 0 €

Si vous vous intéressez à cette question parce que vous êtes formateur en organisme, enseignant, accompagnant ou formateur en entreprise, suivez les liens ci-dessous.


Dans la réalité, les choses sont souvent plus compliquées. Leurs traductions comptables également, vous vous en doutez.

Voici donc quelques points complémentaires.

Qu’est-ce qu’une immobilisation

Une immobilisation est un bien, matériel ou immatériel, que possède durablement une entreprise pour son exploitation.

Il y a les immobilisations corporelles: matériels, bâtiments, mobilier…

Il y a les immobilisations incorporelles: marques, brevets, licences…

Il y a les immobilisations financières: l’argent « immobilisé » dans un dépôt de garantie, des actions d’une autre société…

Des immobilisations amortissables?

Ce sont, par exemple, les équipements de production, les ordinateurs, le mobilier… Ce sont les matériels, équipements, bâtiments dont la valeur diminue avec l’usage.

Et des immobilisations non amortissables?

Il y a des immobilisations qui ne sont pas amortissables parce qu’au lieu de perdre de la valeur quand on les exploite, soit cette valeur est stable, soit elle progresse.

Par exemple: un terrain conserve sa valeur quels que soient les bâtiments que l’on construits ou les aménagements que l’on fait.

Et pour les immobilisations dont la valeur augmente, pensez à une marque qui à force d’être promue et servie par des produits de qualité voit sa valeur croitre.

Et les provisions sur immobilisations?

Peut-être avez-vous entendu parler de « provisions sur immobilisations ». Voici ce dont il s’agit.

Il arrive que des immobilisations perdent soudainement de la valeur (pensez à un joli terrain à côté duquel viendrait s’installer une usine chimique). Cette perte de valeur n’est pas liée à l’usage. Alors on prélève sur le résultat ce qui s’appelle une « provision pour dépréciation » ou plus simplement une « provision ».

Ces provisions viennent ainsi en déduction de la valeur brute des immobilisations pour donner leur valeur nette.

Comme les amortissements sont prélevés régulièrement sur les résultats, ils impactent les coûts de revient des produits. Au contraire, les provisions, qui ne sont pas régulières, n’entrent pas dans le calcul des coûts de revient. On les fait figurer dans les éléments exceptionnels en bas du compte de résultat.

Les dotations aux amortissements et aux provisions font partie des dotations d’exploitation du compte de résultat. Ce que l’on appelle « dotation », c’est la fraction annuelle prélevée sur les résultats.

Ce sont des éléments importants de pilotage que vous devrez faire figurer dans votre compte de résultat et votre tableau de bord.

Amortissements et coûts de revient?

Valeur comptable et valeur vénale?

Pour terminer, il est important de comprendre qu’il s’agit d’une vision comptable de l’évolution de la valeur d’une immobilisation.

La valeur que vous pourriez tirer de la vente d’une machine, d’un bâtiment, d’un équipement est bien différente de la valeur nette dont nous venons de parler.

Egalement, lorsqu’un matériel est « acquis » en crédit-bail (ou leasing, location longue durée, LOA…), le matériel n’est pas acheté par l’entreprise.

L’entreprise n’est donc pas propriétaire de ce matériel.

Ce matériel ne figure pas au bilan et il n’est pas possible de l’amortir.

Au moment d’acquérir un équipement, cette question se pose en fonction de la trésorerie disponible et d’autres questions stratégiques.

Souvent, les contrats de location incluent des services complémentaires comme l’entretien, la fourniture de consommables, le remplacement en cas de panne…

Immobilisation et location?

Qu’est ce qui entre dans la valeur « brute » d’une immobilisation?

Il est possible d’ajouter au prix d’achat des sommes complémentaires comme les frais de transport, d’installation, de tests… Ce sont des frais dits « accessoires ».

Les règles sur ces sujets sont assez précises et techniques.

Il y a aussi le cas des immobilisation que crée l’entreprise pour elle-même. Exemple: une entreprise qui fait monter les cloisons de ses bureaux par ses ouvriers.

Les immobilisations ont vocation à servir durablement l’entreprise.

Ce n’est pas le cas des stocks qui ont vocation à être vendus ou bien utilisés en production.

Ainsi, une entreprise dont le métier est de produire des machines-outils mettra en immobilisation les machines qui servent à produire les machines qui seront vendues aux clients.

Avant d’être vendues aux clients, les machines produites feront partie des stocks.

Immobilisations et stock?


Immobilisations brutes, immobilisations nettes dans DéfiBrasserie.

Tout ceci étant expliqué, vous vous demandez peut-être comment ces notions d’immobilisations brutes et d’immobilisations nettes se mettent en œuvre dans le cadre global d’une entreprise, comment cela apparait dans le bilan, dans le tableau de bord ou comment cela impacte le résultat.

Alors, inscrivez-vous à DéfiBrasserie, le jeu de simulation de gestion d’entreprise, vous comprendrez bien les calculs, les impacts sur le compte de résultat, le bilan, la trésorerie, les prix de revient…

Si vous vous intéressez à cette question parce que vous êtes formateur en organisme, enseignant, accompagnant ou formateur en entreprise, suivez les liens ci-dessous.

Voici un lien vers d’autres sujets de gestion d’entreprise.

2 réponses sur « Immobilisation brute et immobilisation nette »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *